« Poètes et romanciers nous sont de précieux alliés, et leur témoignage doit être estimé très haut, car ils connaissent entre ciel et terre bien des choses que notre sagesse scolaire ne saurait encore rêver. Ils sont dans la connaissance de la psyché nos maîtres à nous, hommes vulgaires, parce qu’ils s’abreuvent à des sources que nous n’avons pas encore rendues accessibles à la science. »

Sigmund Freud, Le délire et les rêves dans Gradiva de W. Jensen (1907)

Historique de la méthode

Emile Dars (1901-1980), homme de théâtre, fondateur de la méthode thérapeutique par les textes littéraires

Emile Dars (1901-1980), homme de théâtre, fondateur de la méthode thérapeutique par les textes littérairesEmile Dars, fondateur de la Société Française d’Expression Scénique-Scénothérapie (SFES), a été professeur d’art dramatique au Conservatoire National de Versailles, directeur artistique du Théâtre du Vieux-Colombier à Paris. Il fit aussi des études d’orthophonie et exerça la psychothérapie en cabinet privé et en institution hospitalière.
L’homme de théâtre passionné par le champ thérapeutique et la littérature dont il observe les retentissements affectifs sur les comédiens, s’inscrit dans la tradition de Constantin Stanislavski (1863-1938) qui inaugura un nouvel art théâtral fondé sur l’authenticité de l’acteur. Ce dernier retrouve dans son vécu affects, sentiments, états intérieurs et les éprouve de nouveau pour les rendre manifestes en incarnant le rôle.

Aujourd’hui

Médiation relationnelle et thérapeutique

Mélithem continue d’enrichir la médiation par les textes littéraires grâce aux avancées de la recherche dans le domaine des médiations thérapeutiques, de l’esthétique, de la théorie littéraire.

Trois mots clés : médiation, émotion, expression

La médiation relationnelle et thérapeutique par les textes littéraires est une méthode d’exploration du monde intérieur, du mode personnel de la relation à autrui et de connaissance de soi. Elle permet à la personne d’exprimer son vécu émotionnel autrement que dans un langage psychologisant dépouillé de coloration affective.

Un itinéraire personnel en faisant collaborer d’autres fictions 

Notre but est de mettre en œuvre un itinéraire personnel et de faire collaborer, grâce à la méthode, d’autres fictions capables de libérer notre histoire personnelle d’un récit figé. Le mode fictionnel assouplit nos représentations et nous aide à rompre avec la répétition d’une logique qui fait apparaître notre parcours comme inéluctable. Grâce à la richesse et diversité des styles littéraires, des connexions nouvelles s’établissent avec le passé et ex-posent notre histoire sous une perspective nouvelle.

Photo noir & blanc

Aux sources de la pensée de Émile Dars

Inspiré par les incontournables leçons freudiennes sur la catharsis, les phénomènes de sublimation, de projection et les mécanismes de défense, Emile Dars se dit proche de la psychanalyse existentielle, pratiquée par les Dr Jean- Claude Benoît, Dr Jean Guilhot et Dr Pierre Solié qui font partie de son conseil médical.

Dars partage la conception jungienne du transfert où le thérapeute, co-participant à un processus de développement individuel, accorde une place centrale au dialogue du patient avec le médiateur symbolique: le texte littéraire dans le cadre de la médiation.

Il trouve la justification de ses recherches sur le rôle régulateur des émotions dans l’œuvre de Pierre Janet (1859-1947) fédérée par l’idée d’une thérapeutique par la suggestion et l’induction des émotions, et l’étude de leurs rapports avec la pensée et l’action. L’Ecole phénoménologique allemande (Husserl, Karl Jaspers) et la Daseinsanalyse de Ludwig Binswanger contribuent également au fondement théorique de sa méthode.

Illustration

La pratique de l’expression scénique en hôpital et centres éducatifs (1966-1978)

D’éminents psychiatres, neuropsychiatres, psychologues et psychanalystes introduisent ses recherches en milieu médical et lui ouvrent les portes de l’institution hospitalière (Prof P. Sivadon, les docteurs Bergeron, L. Stévenin, J.-C. Benoît), mettant leurs laboratoires à la disposition de son équipe pour vérifier sur le plan psycho- physiologique l’influence de l’expression de certains textes sur l’état émotionnel.

Emile Dars soigne ainsi les malades grâce à la méthode de l’expression scénique, entre autres à la Clinique des Maladies Mentales de la Faculté de Médecine de Paris, à l’Institut Marcel-Rivière, à l’hôpital psychiatrique de Villejuif, dans les centres médicaux de la Mutuelle de l’Education Nationale. Il accompagne les professionnels dans divers centres éducatifs.

Dans le cadre de la théâtralité, il conduit en cure les comédiens pour les aider à dépasser les troubles émotionnels qui font obstacle à l’exploration psychologique des rôles et à l’expression libre. Il observe directement le pouvoir inducteur des textes qui mobilise la problématique des comédiens, favorise la prise de conscience, la levée des inhibitions et permet d’exploiter leur créativité.

De sa collaboration étroite avec les spécialistes de la santé mentale est née l’expression scénique comme une forme originale de médiation thérapeutique par les textes littéraires. Sous l’effet du nombre croissant de candidats à la formation, s’est constituée en 1966 une commission d’enseignement co-dirigée entre autres par le neuropsychiatre psychothérapeute Dr J. Guilhot et le phoniatre Dr F. Le Huche. 

La création de l’école de formation

Dans les années 1989, désirant se rapprocher de la communauté scientifique, la SFES a confronté ses pratiques et les appareils conceptuels sous-jacents à ces pratiques. Certains scénothérapeutes se sont orientés vers un modèle bio-psycho-socio-culturel, ou bien vers des approches comportementales, d’autres se sont appuyés sur des données psychanalytiques (Freud, Winnicott, Klein, Lacan). En 1990, les psychologues et scénothérapeutes Sylvie le Huche et Geneviève Lullier ont créé un cycle de formation assurant la transmission et l’évolution des conceptions théoriques et permettant la diversification des champs d’application. De l’expression scénique s’est développée une psychothérapie à part entière portant le nom de scénothérapie. Si la lecture à voix haute des textes littéraires et la fonction régulatrice reconnue aux émotions restent une constante, les cures sont devenues plus longues, ciblées sur l’analyse des conflits, les associations libres et un travail d’élaboration psychique.

Aujourd’hui, MELITHEM continue d’enrichir la médiation relationnelle et thérapeutique par les textes littéraires grâce aux avancées de la recherche en sciences humaines, dans le domaine de l’esthétique et de la théorie littéraire notamment, en psychanalyse, en neurosciences, celui essentiel des médiations thérapeutiques.